Crime, justice, mur des cons : 1 poids, 2 mesures

Publié le par le20e

 

 

La fausse agression du RER D

  • En 2004, Marie L., une jeune femme de 23 ans déclare avoir été agressée dans le RER D, entre Louvres et Sarcelles.

    Le motif : acte antisémite. Six agresseurs armés de couteaux auraient coupé les cheveux de la jeune femme avant de lui dessiner trois croix gammées sur le ventre.

    Les réactions ne sont pas attendres, et pas des moindres : d'abord le Premier ministre, Dominique de Villepin à l'époque, qui réagit seulement deux heures après ce crime "ignoble" selon son propre mot (l'enquête n'en est qu'à son balbutiement).
    Un quart d'heure plus tard, c'est le chef de l'Etat lui-même, Jacques Chirac à l'époque, qui fait part de son "effroi" et dénonce un "acte odieux". Il demande à ce que les coupables soient retrouvés.

    Il ne savait pas alors ce qu'il demandait. Mais il fut exaucé néanmoins : quatre jours plus tard, la jeune femme qui s'est dite agressée est mise en garde à vue! Elle avait menti, elle avait tout inventé. Une perquisition chez elle a permis de retrouver la paire de ciseaux avec laquelle elle s'est coupée elle-même les cheveux, ainsi que le marqueur avec lequelle elle s'est appliquée à tracer des croix gamées sur son propre corps.

    Nos deux chefs de l'exécutif ont réagi bien vite, trop vite : ils ont réagi avec leurs émotions, tout ce qu'on ne demande pas aux grands hommes politiques, qui sont censés faire preuve de maîtrise de soi pour diriger un grand pays.

    Ils n'ont pas attendu non plus que l'enquête progresse. Ils sont allez plus vite en besogne que les policiers enquêteurs qu'ils dirigent en tant que chef de l'exécutif.

    Bref, ils ont été ridicules.
    Mais Jacques Chirac ne le regrettait pas, il ne regrettait pas avoir agi trop vite.

 

 

 

Le vrai meurtre du RER D

  • En 2007, Anne-Lorraine Schmitt, une jeune femme de 23 ans, est retrouvée insconsciente dans une rame du RER à la gare de Creil. Elle meurt sur place, suite aux 34 coups de couteaux qu'elle a reçu après une tentative de viol.

    Le motif : "une pusion soudaine" selon l'accusé qui a été reconnu coupable.

    Aucune grande déclaration de politique,magré un fort retentissement médiatique. Le premier ministre de l'époque, François Fillon, n'a rien dit. Le président de la République de l'époque, n'a rien dit.
    Et là non plus, aucun regret. Aucun regret de n'avoir pas réagi.

    Pourtant, cette fois, le crime était réel. La victime est réellement morte.

    Rien. Aucune personnalité ne s'est prononcée publiquement.
    Un crime qui s'est avéré imaginaire a retourné toute la classe politique jusqu'au président. Un crime réel a choqué l'opinion publique, mais n'a rien provoqué de la part des politques.

    D'après la police, Anne-Lorraine Schmitt agonisait dans une marre de sang.
    Aucune réaction. Ni du président, ni du premier minisre, ni de la classe politique en général.

    Caroline Rohart, sapeur-pompier arrivée sur les lieux se souvient que«c’était assez choquant». «Il y a avait des traces de sang dans tout le wagon, du début à la fin»,raconte la jeune femme de 25 ans,«c’était inimaginable». «On voyait qu’elle a lutté, elle a chuté, elle s’est relevée, s’est appuyée sur une vitre, est repartie… C’était une scène remplie de violence»,explique-t-elle. (Site de Libération).
    Aucune réaction.

    • N'ont rien dit ceux qui 3 ans plus tard hurleront au scandal autour de Liliane Bettancourt.

    • N'ont rien dit ceux qui 3 ans plus tard hurleront sur Eric Woerth.

    • N'ont rien dit les futurs pourfendeurs de DSK.

    • Et Martine Aubry? Qui au nom du respect des femmes s'est soudainement sentie solidaire d'une femme de chambre d'un Hotel New-Yorkais et d'origine africaine.

    • Où était les futurs pourfendeurs de Cahuzac?

    • N'a rien dit Guy Bedos, qui pète de travers à chaque fois qu'il entend le nom de Sarkozy, qui accuse gravissimement de "racisme" les opposants au mariage pour tous, sans plus d'argument qu'il n'arrive pas à concevoir qu'on puisse avoir une opinion différente de la sienne.

    • Où était J.-L. Mélenchon, prompte à dénoncer les 12 salopards de la finance? Sans doute trop occupé à se réclamer de Robespierre sont modèle, le professionnel des mares de sang entre 1793 et 1794.

    • Où étaient les politiques de gauche? Les grands humanistes? Les Défenseurs des droits de l'Homme? Des droit de la Femme? Vous savez? Mais si! Ceux qui se mettent constamment du côté du bien et qui donnent des leçons de moral à tout le monde! Oui ceux-là, je vois que les connaissez.

    • Où était la future ministre du droit des femmes? Oui, celle qui était porte parole de Ségolène Royal pendant la présdentielle de 2007, la même année du meurtre. Oui, la porte parole du gouvernement actuel, celle qui donne des leçons à tout le monde sur les plateaux télé, que ce soit sur le mariage pour tous ou même après l'affaire Cahuzac : Najat Vallaud-Belkacem. Aucune réaction publique.

    • Où était le Syndicat de la Magistrature? N'avait-il pas un " mur des meurtriers " sous la main, ou un " mur de la honte " ?



  • Bon, soyons moins sévère. A la décharge de tous ces hommes politiques de droite, de gauche surtout, de ces humanistes fanatiques, il faut dire que Anne-Lorraine Schmitt, à sa décharge, était scoute.

    Je sens cette déception en vous. Et oui. c'est quand même moins classe qu'une affaire d'antisémitisme en France. Du moins c'est l'impression que ça donne.
    En plus, elle était chez les scouts d'Europe. Déjà qu'en France on aime pas la religion, qu'on aime pas les scouts, ... vous imagninez? " Scouts d'Europe " ! Les méchants de droite. Même d'extrême droite, allons-y carrément. En plus ils sont religieux. Bref, ils ont tout pour déplaire.
    On va quand même pas se mettre à défendre des gens (supposés) à droite en France, encore moins des catholiques! Rassurez-moi!


    Pour Marie L., celle qui a inventée sont agression, il paraît qu'elle avait fait ça pour éviter un RDV avec un créancier. Anne-Lorraine a essayé d'éviter de ne pas se faire violer, puis à essayer de ne pas mourrir.
    Jacques Chrirac n'a pas regretté avoir été ridicule. Il a même dit que si lui et la classe avaient réagit si vite, c'était à cause du " climat ambiant " en France qui était mauvais, que l'acte était tellement plausible, que finalement c'était légitime! Et que ça servirait d'avoir réagit comme ça.

    Trois ans plus tard, que faut-il évoquer? A quoi doit-on cette absence de réaction? Et à quoi doit-on ce meurtre? A quel " climat ambiant " faut-il se référer (s'il faut toutefois se référer à un climat ambiant...)

 

 

 

Du meurtre d'Anne-Lorraine Schmitt, au " mur des cons ".

 

  • Et nous voilà en 2013. Un courageux journaliste de France 3 filme le fameux murs des cons dans un local dit "privé" du Syndicat de la magistrature.

    Un poids, deux mesures.
    Thierry Dève-Oglou, le meurtrier d'Anne Lorraine, qui n'avait "que des remords à offrir" selon son avocat, avait été emprisonné en 1995 pour viol quasiment au même endroit.

    Le père d'Anne Lorraine s'est donc impliquée activement par la suite pour faire évoluer la justice. QUoi de plus légitime? Transformer sa douleur en combat.

    C'est sans doute ce que lui reproche le Syndicat de la magistrature. Puisque ce père de famille, et de victime, s'est retrouvé sur le fameux mur des cons !

    A se demander qui sont les vrais cons, n'est-ce pas?

    C'est intéressant, car l’avocat de l’accusé,[Thierry Dève-Oglou] Me Mahieddine Bendaoud, «ne veu[t] pas que [son)] client soit le bouc émissaire d’un système social». «La cour d’assises est un lieu qui sert à juger un dossier pénal, ce n’est pas un lieu pour un débat idéologique (site de Libération).
    Finalement, ce combat est devenu idéologique. Mais pas de la part ceux que l'ont croit. Pas de la part du père d'Anne-Lorraine. Mais de la part du Syndicat de la magistrature, qui comme chacun sait, est à gauche (ce qui au passage pose la grave question de la séparation des pouvoirs et l'indépendance de la Justice vis-à-vis des  politiques, ...).
    Et puis c'est inquiétant de la part de magistrats dont le métier est de faire preuve d'intégrité.
    Et dont le devoir en tant qu'être humain est de faire preuve de respect.

    A moins que ce courageaux père se soit retrouvé sur le mur des cons car il était de droite. Ou bien parce qu'il était catholique. Ou les deux. Ou bien est-ce encore parce qu'il est sorti de l'armée avec le grade de Général. Ou tout simplement parce qu'il a fait partie de l'armée.
    Faut dire qu'il n'y met pas du sien ce brave père. S'il avait été un athée militant, de gauche, proche de Mélenchon ou du PCF, et si seulement c'est l'accusé qui avait été scoute, ou skinhead, ... ha, là il aurait peut-être échappé au mur. Peut être que les politiques auraient réagi.
    Peut-être est-il sur le mur des cons parce qu'il a osé dire sur  Thierry Dève-Oglou  : Agression le 25 janvier 1995, condamnation le 14 février 1996 à trois ans ferme et remise en liberté le 13 février 1997... Les dates parlent d'elles-mêmes. (...)Pour ce viol [en 1995], observe aujourd'hui Philippe Schmitt, le meurtrier présumé de notre fille encourait dix ans de prison. La cour d'assises de l'Oise l'a condamné à cinq ans, dont deux avec sursis parce qu'il geignait et pleurait à l'audience. La cour a eu pitié de lui et a cru un expert, réputé, qui parlait d'un simple "écart de conduite" et qui concluait par cette phrase: "Le renouvellement de l'acte paraît peu probable."» (site du Figaro).

    Et le journaliste de France 3, qui subit maintenant une procédure disciplinaire de la part de la chaîne...
    Quand je pense que lorsque Sarkozy était au pouvoir, ila été accusé d'avoir porter atteinte à la liberté de la presse. Aujourd'hui, elle s'autocensure. Elle n'a pas besoin de l'ancien président pour porter atteinte à sa liberté.



  • Et si le mur des cons avait été un mur antisémite ou contre des gens de gauche?
    Car on nous rétorque que ce mur était " privé " (vous savez,  comme les "murs" de notre profil facebook, qui sont privés et lisibles par 200, 300, que dis-je, parfois 400 ou 500 contacts, par les amis, et les "amis des amis", ...).
    Un mur aussi privé soit-il, donnerait donc le droit d'écrire n'importe quoi? De diffamer n'importe qui?
    Un mur des cons antisémites, aussi privé fut-il, aurait mis tout le monde dans le même camp. Peut-être même que le président et son premier ministre auraient réagit, ...

 

 

 

 

 

 

 

article_CPS.HRO33.011207165025.photo00.photo.default-512x34.jpg

mur-des-cons-schmitt.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A gauche, le mur des cons, ici la partie où figure le père d'Anne-Lorraine (http://picardie.france3.fr/2013/04/25/le-pere-d-anne-lorraine-schmitt-pourrait-porter-plainte-il-figure-sur-le-mur-des-cons-du-syndicat-de-la-magistrature-240865.html)

 

A droite, la rame où Anne-Lorraine est morte dans une mare de sang (http://www.20minutes.fr/article/198179/France-Meurtre-du-RER-D-environ-1-500-personnes-aux-funerailles-de-la-jeune-fille.php).

 

 

Quel lien nos magistrats ont eu le talent de trouver? Scandaleux.

 

 

 

 

 Quelques sources.

Sur le meurtre du RER D :

- http://www.liberation.fr/societe/01012307745-reperes

- http://www.liberation.fr/societe/01012307807-elle-s-est-mise-a-crier-j-ai-donne-des-coups-de-couteau

- http://www.liberation.fr/societe/01012307707-le-pere-de-la-victime-denonce-le-detricotage-des-verdicts

 

Sur le combat du père d'Anne Lorraine Schmitt :

- http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/12/11/01016-20101211ARTFIG00094-anne-lorraine-schmitt-la-bataille-d-un-pere.php

- http://www.e-deo.info/e-deo/il-etait-une-foi/lettre-du-pere-danne-lorraine-schmitt

 

 

Sur le journaliste de France 3 qui a filmé le mur de la honte (ou mur des cons) :

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/04/29/01016-20130429ARTFIG00581-weill-raynal-est-fier-d-avoir-filme-le-mur-des-cons.php

 

Sur la liberté de la Presse sous N Sarkozy :

http://www.liberation.fr/medias/010124617-premiere-annee-de-sarkozy-accablante-pour-la-liberte-de-la-presse-selon-le-snj

Publié dans Actualité poltique

Commenter cet article