Vidéo anti-IVG, le prof révoqué : les réactions sur un tabou - 2ere partie

Publié le par le20e

rue89 a

 

 prochoix

 

ProChoix ou pire que la partialité : le mensonge


            L'article de Rue89 donne la parole à une certaine Fiammetta Venner, du magazine ProChoix.


ProChoix? Connais pas.
Allons voir sur google. La première réponse envoie sur le site du magazine. On peut lire sous cette réponse de google :

 

" Prochoix est est une revue d'investigation, de réflexion et d'analyse au service de la défense des libertés individuelles menacées par l'essentialisme, ... "

 

D'accord.
On clique sur l’adresse du site. Je tombe aujourd'hui sur la page d'accueil, sur le dernier article.
Et ça commence :

 

" Ne ratez pas ce film, réalisé par Caroline Fourest et Fiammetta Venner. Diffusion à 22h40 sur Canal + le 11 avril. Il revient notamment sur l'affaire de Manosque, ce lycée public où un professeur a enfermé sa classe pour leur projeter un film ultra-violent contre l'avortement. Mais enquête aussi... "

 

Quel honte! Quel mensonge!
Il y a tout un mécanisme pour présenter cette affaire comme une simple histoire d'un anti-avortement d’extrémiste religieux qui tente de faire de la propagande de force.

Quand on sait que ce professeur a averti sur la violence de la vidéo et a proposé aux élèves qui le désiraient de ne pas la regarder.

 

Mais la vérité n'est apparemment pas le but de Prochoix, cette fameuse " revue d'investigation, de réflexion et d'analyse au service de la défense des libertés individuelle".

 

 

 


ProChoix  ou encore plus simple que la réflexion binaire : la réflexion primaire !


         Cette fameuse Fiammetta Venner de ProChoix (et co-auteur du film cité au début), déclare donc dans l’article de Rue89, à propos du mouvement pro-vie en France :

 

« Il a retrouvé une puissance équivalente à celle qu'il possédait dans les années 80. » Deux raisons expliquent selon elle le phénomène :

  • « L'arrivée de Benoît XVI à la tête de l'Eglise catholique a renforcé la position des traditionalistes chrétiens en entamant une guerre avec les modernistes ;
  • les associations pro-vie américaines sont plus efficientes et plus actives depuis l'arrivée d'Obama. »

 

Alors là ! Ca vaut le coup d’y réfléchir deux secondes (mais pas beaucoup plus).

Déjà, quelle était la « puissance » du mouvement pro-vie en France dans les années 80 ? Ce serait bien de le signaler.


Mais surtout, si j’ai bien compris, l’élection d’un pape dit conservateur et celle d’un président dit libéral (donc non conservateur) ont la même conséquence in fine : la montée des « pro-vie ».
Entre parenthèse, si le pape est le chef des cathos partout sur la terre, je ne vois en quoi l’élection d’un président outre-Atlantique va réveiller un mouvement en France.


Bref, on peut donc imaginer à l’inverse que l’élection d’un pape libéral et progressiste et celle d’un président américain conservateur auront donc la même conséquence que la première combinaison : toujours une montée des « pro-vie ».

 

C’est bien pratique ! Quelque soit l’élu, conservateur ou libéral, la conséquence reste la même : une réaction dite conservatrice, contre l’avortement.


Cette réflexion est hasardeuse et très infondée (surtout pour un membre d’une  « revue d'investigation, de réflexion et d'analyse au service de la défense des libertés individuelles »).
Surtout encore quand on voit le nombre de « cathos » bien-pensants qui n’hésitent pas à cracher sur Benoît « 13 et 3 » (de leur propre jeu de mot) avec le reste des loups.

 

Il s’agit ici simplement d’expliquer à tout prix un phénomène qu’on n’approuve pas et manifestement dont ne comprend pas l’émergence ou qu’on ne veut pas la comprendre.

 

Au XXe siècle, siècle de la science qui a pu expliquer bon nombre de phénomènes, on a souvent déclaré que l’homme a peur de ce qu’il ne comprend pas.
« L’ignorance est mère de l’intolérance » dit l’adage. Ainsi l’a expérimenté Galilé et bien d’autres : les menaces face leurs découvertes surprenantes. Avec cette vidéo, beaucoup ont découvert ce qu’est un fœtus détruit, dans sa réalité et sa vérité.

 

Dans sa déclaration, Fiammetta Venner expose de fausses raisons sur ce qu’elle et beaucoup d’autres ne comprennent pas dans notre société : « mais comment peut-on être contre l’avortement aujourd’hui ? ».

 

 


Le message de l’Education nationale et de l’opinion publique d’aujourd’hui est clair : les opinions anti-avortement n’ont pas leur place dans la société, tout comme les découvertes de Galilée à la Renaissance.

 

 

 

 

 

images

ProChoix : dailymotion.com via google images

Rue89 : macthemes.net via google images

Publié dans Avortement

Commenter cet article