La liberté de conscience face au mariage pour tous

Publié le par le20e

 

             La question de la liberté de conscience suscite une réaction légitime mais pas toujours pertinente, à savoir que le rôle des maires est de faire appliquer la loi.

C'est juste.

Donc ils seraient obligés d'exécuter toutes les lois, et notamment celles sur le mariage homosexuel. Et ce sans "Etat d'âme" comme il est dit dans l'exemple ci-dessous :

 

 

La "liberté de conscience" signifie quelque chose pour un médecin : le droit de refuser d’effectuer une IVG pourtant autorisée par la loi dès lors qu'il l’estime contraire à ses convictions. Si on peut l’envisager pour un médecin qui a prêté le serment d’Hippocrate – primum non nocere (d’abord ne pas nuire), on ne peut l’admettre pour un maire qui est là pour appliquer la loi, sans aucune exception d’aucune sorte et sans état d’âme, car dans ce cas c’est l’égalité de tous devant la loi qui compte et rien d’autre? (Mélissa Bounoua sur le site du NouvelObs*).

 

 

Appliquer la loi "sans état d'ame" ... !

 

La vache!

 

Si l'on suit ce raisonnement, cela signifie par exemple que les maires allemands entre 1933 et 1945 devaient donc appliquer les lois anti-juives sans exceptions et "sans état d'âme"?

Fallait donc-il refuser aux maires allemands ainsi qu'à tous les élus, à l'époque ou l'Allemagne devenait nazie, leur liberté de conscience? Fallait-il qu'ils exécutent ces lois nazies au moins le temps de leur mandat?

Pour finalement le leur repprocher 20, 30 ou 50 ans plus tard ... ?

 

On le voit, l'argument du maire qui doit appliquer la loi ne tient pas quand on réfléchit avec rasion et bon sens.

 

"Sans état d'âme". Ca veut dire quoi? Mettre sa conscience de côté? Refouler? Devenir amoral?

 

 

Ce qui est légal n'est pas forcément moral.

Hé oui, c'est là où le bas blesse : ce qui est légal n'est pas forcément moral, on le voit avec les lois anti-juives de l'Allemagne nazie, ou d'autres lois dans des pays dictaoriaux, ou même démocratiques (car l'Allemagne était une république démocratique avant 1933 et a élu légalement Hitler).

 

La loi ne doit pas nous obliger à devenir amoral. C'est comme ça que les démocratie se transforment en dictature : sous couvert de la loi. Comme en Allemagne en 1933.

 

 

Or aujourd'hui, chacun a sa morale.

C'est la conséquence de la laïcité et du relativisme ambiant de nos sociétés.

Il n'y a plus de morale officielle, si ce n'est les droits de l'homme (qui ne disent rien sur le mariage homosexuel).

Chacun a la sienne propre, ou n'en a pas.

Chacun a ses valeurs. C'est d'ailleurs le propre de notre société individualiste.

 

Ainsi, certains maire affirment que le mariage pour tous est contraire à leurs convictions.

On peut ne pas être d'accord avec eux, mais quel argument valide peut leur donner tort?

 

 

 

*http://leplus.nouvelobs.com/contribution/712614-liberte-de-conscience-et-mariage-gay-les-atermoiements-de-francois-hollande.html

Publié dans Actualité poltique

Commenter cet article