JT : "je mens" télévisé

Publié le par le20e

Avec un film ou photo, il est facile de ne montrer que ce que l'on veur bien montrer.

Et il est facile de dire par dessus presque ce qu'on veut, puisqu'on ne montre rien de ce qu'il y a autour.

 

Jeudi 23 juin 2011 TF1 a diffusé un reportage sur le contrat de responsabilité parental, un dispositif mis en place dans les Alpes Maritimes pour lutter contre les absences scolaires.

Parmi les personnes interrogées, il y avait une femme présentée comme une mère de famille et qui s'exprimait sur ce contrat :

 

« J'ai un enfant qui ne va plus à l'école, qui commence à sécher. Je suis un peu inquiète, l'éducation m'a alertée »

 

Cette femme était en réalité de l'attachée de presse du Conseil Général de la région et qui en plus n'a aucun enfant!

Il ne s'agit là que d'un cas relativement secondaire pris dans un seul département.

Combien plus de mensonges et de manipulation rempliront les Jt sur des sujets plus importants et plus répandus (guerre, avortement, euthanasie, politique...).

 

Jean-Pierre Pernot de préciser :

 

«dans ce reportage, les infos étaient exactes et vérifiées (...) En revanche, un témoin présenté pendant quelques secondes comme une mère de famille était en fait une attachée de presse sans enfant du conseil général (...) »

 

Les informations n'étaient donc pas toutes exactes ni vérifiées!

Il continue :

 

« Dès que l'on a eu connaissance, ici à TF1, de ce faux témoignage réalisé à la demande des journalistes de la société NMTV, qui assure la correspondance de TF1 dans la région, on a demandé au groupe de presse d'en tirer les conséquences auprès de ses deux collaborateurs afin de retrouver la confiance dans ce partenariat qui existe depuis 20 ans »

 

Un partenariat de 20 ans... 20 ans pendant lesquels toutes les infos n'étaient peut-être pas exactes et n'ont pas été vérifiées.

 

 

 

PS : merci à France infos d'avoir relevé ce mensonge

 

PS 2 : Voici un extrait d'un article du 'Point, au début de l'année 2010...

 

« Le CSA voit son autorité contestée par deux puissantes chaînes. TF1 et Canal+ ont refusé de lire à l'antenne un communiqué de "mea culpa" que les Sages souhaitaient leur imposer à la suite de diverses erreurs commises par les deux chaînes.

Sur TF1, le communiqué d'excuses publiques devait être lu au début des JT de 13 heures et 20 heures. Jean-Pierre Pernaut, notamment, aurait refusé net. La chaîne, dirigée par Nonce Paolini, souhaite que le texte du CSA soit adouci... Les Sages reprochent à la Une trois manquements.

 

À l'occasion d'un sujet sur une fusillade en Allemagne, le JT de TF1 avait repris les images d'une télévision allemande montrant la tête du tueur... mais il ne s'agissait pas du bon tueur. Une erreur de traduction, plaide TF1.

 

Deuxième manquement : lors de l'adoption de la loi Hadopi, le JT de la Une avait montré une image de l'hémicycle de l'Assemblée nationale plein à craquer. Or, dans la réalité, ce vote a eu lieu dans un hémicycle pratiquement désert. TF1 a utilisé une image d'archives en guise d'illustration.

 

Enfin, dans un JT présenté par Claire Chazal, la présentatrice évoque un rassemblement musulman où les femmes et les hommes étaient censés être séparés. L'image "off" qui illustrait cette brève montrait, au contraire, que les pratiquants n'étaient pas séparés selon leur sexe.

Du côté de Canal+, le contentieux est plus vif. Un premier manquement concerne une confusion d'images, commise le 17 février 2009, entre une manifestation en Guadeloupe et des images de Madagascar. Mais ce n'est pas sur ce point que porte l'essentiel du débat. Le contentieux se focalise surtout sur l'affaire Jean Sarkozy telle qu'elle a été traitée dans l'émission Dimanche +. Dans une séquence portant sur la polémique vue de l'étranger, le magazine a utilisé des images pêchées sur le Net montrant un présentateur allemand qui ironise sur les déboires du fils du président français. Or les images, ainsi que les sous-titres, avaient été truquées par un internaute. S'apercevant de son erreur, Dimanche + avait rectifié dès la semaine suivante, exactement dans la même séquence. L'affaire aurait pu s'arrêter là.»

 

Adresse de l'article complet : http://www.lepoint.fr/actualites-medias/2010-02-22/rebellion-de-tf1-et-canal-contre-les-punitions-du-csa/1253/0/426610

Publié dans Télévision

Commenter cet article